Monthly Archives: mai 2014

Web Responsable, Internet responsable,
Imaginez un monde sans Internet… Ça veut dire sans smartphone, sans iPad, ni Google Chrome… On voit la difficulté pour décrocher pendant les vacances, donc on ne l’envisage même pas pendant toute une vie !!!Web Responsable, Internet responsable,

Ne vous inquiétez pas, Bluellow a d’ailleurs  identifié pour vous les sites qui proposent une nouvelle forme d’utilisation du web et qui changent notre impact sur Internet. Vous pourrez désormais surfer en ayant la conscience tranquille. Grâce à un click, on adopte une approche responsable sur Internet.

Soutenant des associations caritatives ou des projets de reforestation, de nombreux sites ont décidé de redistribuer leur revenu pour agir durablement et mobiliser les internautes. L’utilisation d’Internet, et l’énergie qu’il génère par des millions d’utilisateurs dans le monde, est un moyen d’améliorer et d’agir pour un avenir plus positif.

Aujourd’hui, grâce à ces sites responsables, on peut oeuvrer pour une association ou un projet et se rendre utile tout en étant derrière son écran d’ordinateur, les pieds sur la table, café à la main et en tweetant la météo. Génial, non ?

De nombreux sites ont adopté cette approche et Bluellow zoome sur trois sites en particulier. On s’intéresse à ses nouvelles approches durables qui s’installent dans nos habitudes internet. L’Internet responsable, on dit oui !

 

Booker, c’est donné

En collaboration avec Booking.com (le plus grand site de réservation d’hôtels sur le web), BookDifferent reverse 50% de sa commission perçue pour chaque réservation à une association du choix de l’internaute.BookDifferent blogEn payant le prix de la réservation, et pas plus, les internautes peuvent agir pour l’association qu’ils le souhaitent.

BookDifferent joue la transparence en affichant le montant du don qu’ils comptent verser avant même d’avoir réserver.

Vous allez dormir sur vos deux oreilles !

 

La dame nature d’Internet

Ecosia

Page d’accueil Ecosia

Et si nos recherches sur Internet permettaient de planter des arbres ? C’est le cas avec Ecosia, qui nous permet de contribuer à la reforestation de la forêt amazonienne.

L’idée brillante consiste à redistribuer une partie de ses revenus à un programme de plantation d’arbres au Brésil et tout ça sans sortir un sous de sa poche !

Chaque click générant des revenus et/ou une empreinte carbone est revu de manière durable ! C’est le cas des liens sponsorisés situés en tête de recherche par exemple.

80% des revenus générés sont reversés au programme « Plant a Billion Trees » mené par The Nature Conservancy.

Ecosia admet une politique 0% carbone. Son empreinte carbone est redistribuée ; ainsi, le moteur de recherche veut équilibrer la balance et rendre son empreinte carbone neutre.

 

Dons sur Internet

Don Goodeed

Sans bouger de sa chaise, ce site vous propose de faire des dons de sachets de riz, de vaccins et de plantation d’arbres juste en regardant une publicité !

Comment ça marche ? C’est gratuit, rapide et très facile. Lié avec votre page Facebook (ah oui il faut en avoir une), Goodeed vous propose de regarder un spot publicitaire d’une vingtaine de secondes ou d’aimer une page Facebook, et les revenus générés par le visionnage de ces publicités sont reversés en fonction du don que vous avez choissis au départ ! On vous l’avez dit que c’était simple.

Pour les dons de riz, l’association reverse un sachet de 100 grammes au Programme Alimentaire Mondial (organisme crée par l’ONU pour lutter contre la famine).

Pour les dons de vaccins, la somme d’argent est reversée à l’UNICEF qui correspond à la somme pour un vaccin contre le tétanos du nourrisson.

Pour les dons d’arbres, ils seront plantés en France par le Pépinière Naudet.

 

 Le Label des sites à énergie verte

Et pour l’ensemble des éditeurs de site internet il y a un moyen de réduire son impact avec le label WattImpact proposé par WattValue.

Certifiez votre site avec WattImpact et évaluez en temps réel l’impact énergétique de votre site internet. Grâce à cette certification, vous justifiez que l’énergie de votre site internet provient d’énergies renouvelables !

sceau wattimpactSi vous voyez ce sceau , c’est que le site internet est vert !

 

 

Ecrit par Amandine Valcares

1896743_609243502493349_490317183_n

Bluellow a été touché par l’approche de l’association Singa. Son concept de valorisation et d’intégration des réfugiés dans la société colle parfaitement à notre croyance dans le potentiel de chacun et un avenir meilleur grâce à la contribution de nos énergies positives.

Tout ce qui nous entoure nous inspire et notre blog ne pouvait passer à côté de cette association dynamique et jeune. C’est notre coup de coeur de la semaine et nous sommes heureux de le partager avec vous et vous mettre des étoiles pleins les yeux. Ce n’est que le début bien sûr.

Ce que l’on trouve vraiment génial : Leur originalité et leur débordement d’imagination dans des  projets d’entreprises comme associatifs, mais également artistiques et culturels.

Cette année, Singa ambitionne de créer un restaurant à Massy avec 3 personnes réfugiés et 2 français, en collaboration avec 31 étudiants de l’Institut Paul Bocuse, une des plus grandes écoles d’hôtellerie, de restauration et d’art culinaire. On en a presque l’eau à la bouche !

10155956_629056793845353_9127707985777072029_n

Singa et les étudiants de l’Institut Bocuse

Mais ce n’est pas tout. A la Courneuve, Singa accompagne une réfugié nigérienne dans la création de son magasin tout à 99 centimes solidaire. Ce projet à gros potentiel consiste à proposer des prix bas tout en ayant un impact sur la société civile ! En Angleterre, le premier magasin tout à 99 centimes a élevé son fondateur au statut de millionnaire. Eh oui, plutôt pas mal non ?

 

Singa, d’où ça vient ?

C’est en observant une situation assez particulière au Maroc, que Nathanael Molle et Guillaume Capelle ont décidé de porter leur attention sur l’insertion des réfugiés. Au Maroc, la situation à l’époque était telle que les réfugiés, qui ont du quitter leur pays d’origine en raison de nombreuses persécutions, n’étaient pas en droit de travailler dans un pays dans lequel ils étaient obligés de vivre pour survivre. Cependant, lacréation d’entreprise leur était permise. Assez bizarre et paradoxal ont-ils pensé…

Ces deux étudiants, sortis de Master Droit international et européen, ont donc décidé de créer une association qui soutiendrait le travail et la formation de projets des réfugiés en leur fournissant un réseau et un accompagnement adaptés à leur situation.

“on va aider ces personnes là à créer des projets qui seront tellement incroyables qu’ils vont embaucher des personnes, créer de la richesse et comme ça on pourra montrer que si on donne une opportunité aux réfugiés, ils peuvent réellement contribuer dans ce système d’accueil”

Singa c’est donc une opportunité pour des réfugiés qui veulent monter leur projet et qui se retrouvent confrontés à un certain nombre de barrières comme la langue ou l’exclusion sociale, mais surtout à des préjugés que Singa veut absolument détruire.

cours fr Singa

Cours de français proposés par Singa

C’est un moyen pour ces réfugiés, en marge de la société, de valoriser leur potentiel et leurs compétences qui se voient souvent inexploités, gaspillés et discrédités. De 2005 à 2010, “49% des réfugiés gérés par Forum Réfugiés – une des plus grandes organisations travaillant sur l’asile – avaient au moins BAC+3”

Avec leur approche jeune et un côté plus humain, qui font leur originalité et les distinguent, Singa c’est donc un moyen de montrer qu’en fournissant une aide appropriée et un accompagnement adapté, ces réfugiés peuvent entreprendre dans des projets porteurs et utiles à la fois pour eux mêmes mais également pour la société et le pays d’acceuil.

 

“Être entrepreneur y a rien de mieux”

En créant leur association, les fondateurs de Singa ont pu réaliser un projet qui leur correspondait. Des idées, oui ils en avaient, mais ils ont également pu avoir des personnes autour d’eux pour les écouter et approuver leurs idées ou non.  C’est une chose très importante. Avec Singa, à leur tour d’être ces personnes.

On a rencontré quelqu’un de passionné et qui veut transmettre le plaisir d’entreprendre, son plaisir d’entreprendre, grâce à cette association qui accompagne l’entrepreneuriat. Pour lui, entreprendre, “c’est l’opportunité de réaliser ses idées et ses rêves.” Il veut transmettre ce plaisir et cette notion d’entrepreneuriat qu’il trouve particulièrement exceptionnelle, ne connaissant jamais de routine et dont on est libre dans nos décisions. Il veut être la personne qui saura être présente “pour écouter et approuver leurs idées”.

Nathanael est ainsi bien placé pour conseiller les entrepreneurs et les monteurs de projet, en témoignant de son expérience personnelle.

“Se remettre en question constamment et être open”. C’est son conseil pour tous les entrepreneurs qui souhaitent créer. Il a soulevé un point important concernant l’entrepreneur social qui est celui de savoir prendre en compte rapidement les conseils qu’on lui donne et surtout avoir une certaine capacité à s’adapter.

Pour lui l’entrepreneur social “c’est quelqu’un qui apprend vite, quelqu’un qui va avoir une capacité à rebondir et à s’adapter à tout ce qui arrive et Dieu sait qu’il y a beaucoup de choses qui arrivent.”

 

“Quoi que vous fassiez, engagez-vous !”

Ce que l’on retient de cette rencontre avec Singa, est que, quoi que l’on fasse, nous devons la faire de manière responsable et solidaire car “on y gagne tous” comme le dit si bien Nathanael. Pour Singa, c’est le plaisir de transmettre le goût d’entreprendre à travers les joies de l’entrepreneuriat et donner une chance aux réfugiés en croyant en eux. Ce soutien est essentiel et porteur de projets solidaires qui contribuent à la société et à l’épanouissement des réfugiés.

Et pourquoi pas vous ?

Une problématique vous tient à coeur ? Vous voulez faire bouger les choses ?

Engagez-vous comme individu ou par votre société, montez votre projet et prenez des risques. Vos idées ne peuvent être que bonnes et utiles pour la société, mais également pour vous.

S’engager nous permet d’évoluer et de garder l’esprit ouvert à tout ce qui nous entoure. C’est ça l’esprit Singa !

 

Ecrit par Amandine Valcares

Bluellow, optimisme, entrepreneuriat

On trouve toujours du ciel bleu quelque part

Il y a quelques jours on m’a posé une question du style grande philosophie de la vie…

“Qu’est ce qui te donne confiance en l’avenir”

J’ai répondu “Les gens”

Et du coup il me dit que je suis une vraie optimiste…

C’est vrai que pour moi je crois profondément que les êtres humains sont capables de rendre l’avenir meilleur (si ce n’est pas le cas je me suis lancée dans la mauvaise direction…). Je crois que chacun a du potentiel, il faut être guidé et encouragé à l’exprimer c’est tout. Du coup, depuis quelques jours je réfléchis à ce sujet qu’est l’optimisme par rapport à mon rôle d’entrepreneur.

J’ai conclu que l’essence même d’un entrepreneur est son optimisme.

Lancer une entreprise c’est vouloir créer. On espère voir notre projet se développer et grandir. On veut voir nos valeurs se répandre autour de nous. On veut changer le monde, le rendre meilleur.  Comment peut-on faire tout cela et trouver de l’énergie pour entreprendre si on ne croit pas profondément que l’avenir sera meilleur ?

D’autant plus si on est entrepreneur d’un projet lié au développement durable.

Quand on entreprend on se lève tous les jours, souvent après des nuits courtes, avec la volonté de réussir notre activité. Cela demande de l’énergie et de la créativité. On doit trouver les solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés, on doit encourager nos équipes, partager de l’espoir et la confiance aux autres qui nous entourent qu’ils soient clients, fournisseurs, partenaires etc.

Chez Bluellow, je partage la croyance que pour chaque problème il y a une solution.  Pour l’entrepreneur ce sont ses ressources personnelles, pour l’avenir de la planète c’est nous les gens optimistes qui utilisent notre potentiel pour rendre les choses meilleures.

Merci Jérôme de Koom d’avoir lancé cette petite conversation.

« Les petites choses peuvent faire une grande différence » Malcolm Gladwell